370-5

Le dispositif d’assaut français

Après discussions avec les généraux Pétain et Nivelle, les propositions de Mangin sont légèrement modifiées puis entérinées par Joffre. Nous vous les présentons ici en détail. La qualité de la planification est à la hauteur de la réputation dont seront auréolés les trois hommes à partir de la fin 1916. Lire la suite →

20-novembre-1916

18 novembre : Nivelle prépare la relance de l’offensive

Suite au succès de l’offensive du 24 octobre, Nivelle compte repartir à l’assaut des positions allemandes dès que possible pour enlever les observatoires allemands de la ligne de hauteurs de la côte du Poivre/cote 342/cote 378/croupe d’Hardaumont. Cette action permettra également de dégager définivement les abords du fort de Douaumont. Lire la suite →

crown-prince-wilhelm-with-staff-at-verdun-france-ww1

5 novembre 1916 : la situation du front allemand

Après le succès de l’offensive française déclenchée le 25 octobre, les divisions allemandes de première ligne, bien que diminuées, ne sont pas encore toutes relevées. Voici une présentation de l’état des forces de l’armée impériale au début du mois de novembre. Lire la suite →

vaux1

2-3 novembre 1916 : la reprise du fort de Vaux

Après la réussite de l’offensive du 24 octobre marquée par la reprise emblématique du fort de Douaumont, les Français décident de poursuivre leur avantage et s’organisent pour reprendre l’autre fort symbole de la bataille du printemps : le fort de Vaux. Lire la suite →

Dans les fossés du fort reconquis[1]

24 octobre 1916, 11h40 l’infanterie française attaque

Lorsque le soleil d’automne se lève le 24 octobre au matin, le brouillard recouvre le champ de bataille. La visibilité est limitée à 100 mètres. Mangin consulte le général Passaga, commandant la 133e DI, pour éventuellement reporter l’attaque, mais celui-ci le rassure et à 11h40, alors que l’artillerie française se tait momentanément, les fantassins s’élancent enfin. Lire la suite →

lefortbouleverseparlesbombardementsvueaerienne10octobre1916

L’artillerie française s’acharne sur le fort de Douaumont

C’est donc à partir du 21 octobre que la préparation d’artillerie française peut commencer. Le fort de Douaumont fait l’objet de toutes les attentions du haut-commandement français afin de neutraliser ses défenseurs avant de lancer les fantassins à l’assaut. Lire la suite →

1
154640413629

11 octobre 1916 : la préparation d’artillerie française débute…

Alors que la date du 17 octobre est retenue par Nivelle pour démarrer l’offensive, l’artillerie française débute ses tirs de destruction qui doivent durer pendant 6 jours pour préparer le terrain avant l’assaut de l’infanterie. Lire la suite →

nivelle2

9 octobre 1916 : Joffre débarque à Souilly

Alors que la planification de l’offensive française sur la rive droite s’achève, Joffre décide de rendre visite à Nivelle et Mangin pour se rendre compte par lui-même et ratifier le plan d’engagement établi par Mangin. Lire la suite →

douaumont-nettoyeurs-de-tranchees

Les préparatifs de l’offensive française

A partir de la mi-septembre et jusqu’au 23 octobre 1916, Pétain, Nivelle et Mangin organisent les préparatifs de l’offensive française prévue sur la rive droite de la Meuse et qui doit permettre de reconquérir les positions perdues au printemps et au début de l’été et notamment le fort de Douaumont. Lire la suite →

chemin-des-dames-general-nivelle-premiere-guerre-mondiale-site-histoire-historyweb

15 septembre 1916 : la fin des offensives de détail de l’armée française

Alors que les Alliés viennent de reprendre l’offensive dans la Somme, Nivelle, commandant de la IIe armée, doit enfin se conformer à l’avis du général Pétain et met un terme aux offensives de détail dans le secteur de Verdun. Lire la suite →

vaux-chapitre

9 septembre 1916 : le 220e RI attaque Vaux-Chapitre

Après l’échec des derniers coups de boutoirs de l’armée impériale allemande début juillet 1916, les combats de Verdun diminuent d’intensité mais ne s’arrêtent pas. Alors que l’offensive de la Somme draine de plus en plus de moyens dans les deux camps, les Français tentent de regagner des positions tactiques clés en engageant des contre-attaques locales. Lire la suite →

a6_fort_de_souville

11-12 juillet 1916, la dernière offensive allemande est stoppée à Souville

Alors que l’offensive de la Somme a commencé et que la Ve armée du Kronprinz ne dispose plus d’aucune réserve stratégique, Falkenhayn décide de lancer une dernière offensive limitée pour conquérir le dernier point d’appui de la défense française : le fort de Souville. Le 11 juillet à l’aube, après trois jours de préparations d’artillerie, 40 000 hommes soldats allemands, dont l’Alpenkorps, s’élancent à l’assaut sur un front de 4 kilomètres. Lire la suite →

p168

7 juillet 1916 : les Français reprennent le PC 119

Alors que la pression allemande sur le secteur entre Souville et Froideterre s’accentue en vue d’une nouvelle offensive, le commandement français continue de lancer des contre-attaques locales pour reprendre du terrain et gêner les préparatifs allemands. Le 7 juillet, la 120e brigade s’élance donc à l’assaut du PC 119 (FT-2) situé au nord-est de la côte de Froideterre. Lire la suite →

thiaumont10

30 juin 1916 : le 248e RI tente de reprendre l’ouvrage de Thiaumont

Depuis l’assaut allemand du 23 juin, Nivelle ne cesse de lancer des contre-attaques locales pour reconquérir coûte que coûte le terrain perdu. Le 29 juin, à la tombée de la nuit, les 4e et 5e bataillons du 248e RI, aux ordres du lieutenant-colonel Marchand, quittent la citadelle de Verdun et marchent vers la ligne de front. Lire la suite →

A1

27 juin 1916 : Adolphe Widloecher, sous-officier allemand né en Alsace, est capturé par les Français

Nous vous présentons aujourd’hui le parcours atypique d’un soldat alsacien né en 1891 et qui commença logiquement la Grande Guerre dans les rangs de l’armée impériale allemande.

Lire la suite →

Fleury

23 juin 1916 : l’Alpenkorps attaque Fleury

Alors que l’offensive sur la Somme est sur le point de commencer, Falkenhayn jette ses dernières forces dans une ultime offensive pour s’emparer de la crête de Froideterre, du village de Fleury et du fort de Souville. A partir du 17 juin, un nouveau bombardement d’envergure s’abat sur les positions françaises, aux obus explosifs s’ajoutent plus de 100 000 obus asphyxiants au cyanogène. Lire la suite →

5861796139_d6b696858b_z

17 juin 1916, les Allemands contre-attaquent au Mort-Homme

Même si depuis le 8 juin les Allemands portent leur effort principal sur le secteur de Thiaumont sur la rive droite, de terribles combats se déroulent toujours pour la possession de la crête du Mort-Homme sur la rive gauche. Le 17 juin à 0h40, le 312e régiment d’infanterie est pris sous un violent bombardement d’artillerie. Lire la suite →

HJB10_–_Krafft_von_Dellmensingen

8 juin 1916 : l’Alpenkorps passe à l’attaque

Alors que la garnison du fort de Vaux, aux ordres du commandant Raynal, a été contrainte à la reddition le 7 juin, les Allemands décident de poursuivrent leurs efforts pour dégager les abords de l’ouvrage. En soutien des 1. Infanterie Division et 2. b. Infanterie Division (bavaroise), la Ve armée allemande peut désormais compter sur un corps d’élite commandé par le général Konrad Krafft von Dellmensingen : l’Alpenkorps (Corps alpin) qui s’est déjà illustré dans les Dolomites, en Macédoine et en Serbie. Lire la suite →

Vaux juin 1916a

2 juin 1916 : le siège du fort de Vaux commence

Malgré les échecs sanglants de l’armée allemande sur la rive gauche depuis le début du mois de mai, Falkenhayn souhaite, une fois encore, marquer les esprits et remporter une victoire tactique prestigieuse en s’emparant du fort de Vaux. Néanmoins le temps presse, car l’imminence d’une offensive alliée sur la Somme est désormais une certitude pour l’OHL. Lire la suite →

Insigne_régimentaire_du_173e_régiment_d'infanterie.

29 mai 1916 : la résistance héroïque des Corses du 173e RI

Depuis le 23 mai, le 173e RI, recruté en Corse, a pris position pour reprendre la cote 304 sur la rive gauche de la Meuse. Le 29 mai, le 2e bataillon aux ordres du commandant Appert est soumis à une attaque précédée d’un bombardement d’artillerie lourde d’une violence inouïe. Lire la suite →

1 2 3